Une arrivée peu joyeuse[libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une arrivée peu joyeuse[libre]

Message par Leïla hyunima le Mar 22 Déc - 20:07

En cette froide journée de décembre sur les routes recouvertes de neiges et par endroit d’une fine couche de glace une voiture roule seule sur un immense chemin de béton, le temps pas vraiment idéal pour une petite promenade avait découragé tout les habitants, et pendant que les personnes sont tranquillement chez elles entre amis ou à voguer à leur occupation, une jeune fille attend d’arriver dans ce que ses parents appelle l’endroit le plus merveilleux du monde oui Leïla Hyunima est en ce moment même dans cette fameuse voiture qui se dirige vers le nouveau chez soi de sa propriétaire , assise à l’arrière de la BMW noire de sa famille, elle réfléchissait ou plutôt maudissait l’idée stupide de ses parents de la faire déménager pour sois disant renforcer les liens familiaux, des liens familiaux tu parle depuis des années que je vivais seule dans la villa de l’ancien japon et que je ne les voyais que une fois par an c’est sur sa pourrai être difficilement pire comme liens familiaux pensa la jeune fille en serrant le bouquet de rose que lui avait offert ses amis lors de son départ le matin même, une larme coula le long de sa joue, elle refoula les autres et murmura pour elle-même :

Pourquoi a-t-il fallut que je parte ? Pourquoi ? J’étais tellement bien là-bas, j’avais tous mes amis, mes repères, ma villa, ma vie entière, mon collège, alors pourquoi vous m’avez fait ça ?!Hein pourquoi ?! Vous ne m’aviez pas assez gâché l’existence ?!

Une voix provenant de l’avant de la voiture se fit entendre :

Mademoiselle nous arrivons, vous allez bien ?

-Oui, oui George tout va bien prévenez moi quand nous serons devant le portail.

-Bien mademoiselle.


Leïla pris son sac à main qu’elle avait posé sur le siège à coté du sien, elle l’ouvrit et y tira un album photo elle souleva la couverture, puis elle commença à le feuilleter, à l’intérieur se trouvait toutes les photos d’elle et de ses amis ainsi que des mots et des signatures, elle reposa l’album et s’empara de son portable, l’écran lui annonça 56 messages reçus elle soupira et les lus un par un la grande majorité était de ses amis qui lui disaient bonne chance, tu nous manqueras, ont t’aime, passe nous voir bientôt, mais il y en avait aussi de ses parents qui lui fournissait quelques information sur le quartier, elle poussa un soupire et quelques minutes plus tard la voiture se stoppa devant une immense villa ,la voix du chauffeur la sortie de ses pensées,

Nous sommes arrivés mademoiselle.

Sans un mot de plus il lui ouvrit la portière, Leïla sortit et sans un regard pour sa nouvelle demeure, elle dit :

Portez mes affaires dans ma chambre normalement quelqu’un sera là pour les ranger et prévenez le chef que je ne mangerais pas se soir.
Et sans un mot de plus elle traversa la route ,sortit un plan de son sac et remarqua qu’un lac se trouvait à proximité, sans plus réfléchir elle marcha jusqu’à se fameux lac puis elle ressortie son téléphone portable et composa un numéro, elle entendit 3 bip sonores avant qu’une voix familière lui réponde :

Allo ma chérie tu es bien arrivé ?

-Oui maman, je t’appelai simplement pour te demander si je pouvais aller chez Stéphanie le week-end prochain ?


La voix de sa mère changea de ton :

Leïla combien fois je dois te le dire tu as déménagé cela ne sert à rien de retourner voir tes anciennes amies, cela te fera souffrir plus que autre chose, elles t’auront oubliée d’ici une semaine maintenant laisse moi j’ai du boulot.

Et plus rien, Leïla rentra lentement son portable dans son sac, un sentiment étrange se réveillai en elle, quelque chose qui lui serait le cœur, qui l’empoisonnait qui la rendait en colère, son rythme cardiaque augmenta, elle vit vaguement une petite forme noire puis elle s’évanouit.
avatar
Leïla hyunima

Nombre de messages : 88
Age : 21
Localisation : Yerres
Date d'inscription : 21/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arrivée peu joyeuse[libre]

Message par Kaori Keiichi le Mar 22 Déc - 21:03

[ Je réserve le poste >_< Je le fais maintenant car je peux pas répondre de suite mais j'édite le message dans quelques instants, le temps de changer de pc et de taper le rp ^^ Si ça te dérange pas bien sûr...]

Elle vivait dans un taudis, vraiment quand ses yeux se dirigeaient vers ce qui lui servait de plafond, elle soupirait lentement, comme si son soupire durerait une éternité, Kaori se raisonnait et avouait que c’était mieux que rien, ça ou rien…Elle avait la chance de pouvoir loger ici, seule, demeurant seule et restant seule, la jeune femme ne demandait ainsi rien à personne, et elle était tranquille, on la laissait parmi ses autres, sans faire attention à la véritable personne qu’elle était. Une chance ! Heureusement, qu’on n’avait point remarqué que son nom avait, des ascendants d’une part inconnue, sa mère, l’autre connue, le tyran qu’était son géniteur peu prudent et si célèbre dans ses misérables manœuvres. Elle fermait les yeux et laissait tomber son bras le long de son canapé. Mais assez trainée, aujourd’hui elle devait se rendre au lycée, comme tous les jours de la semaine. Pour une énième fois depuis son arrivée, elle mettait son uniforme. Mais vu le froid qui régnait dehors, elle se permit d’ajouter une paire de collants pour couvrir ses jambes, une grosse écharpe noire, lui cachant une faible partie du visage, puis une part de gant. C’est qu’elle était un peu frileuse par moment. Fermant la porte à clé, les rangeant discrètement dans sa poche, attachant d’un geste rapide dans les escaliers ses cheveux en une haute queue de cheval à l’aide d’un élastique fin, seule la frange venait balayer harmonieuse son front.

L’adolescente avait de l’avance, elle commençait plus tard, mais elle préférait être sur les lieux. Nous dirons qu’elle était plus en sécurité dans ce genre d’endroit. Toujours sur ses gardes lors du trajet, à chaque bruit suspect, elle se retournait avec vivacité et une certaine hargne dans le regard avant de conclure que ce n’était rien. L’air qu’elle respirait prenait la forme d’une fumée blanchâtre, preuve qu’il faisait vraiment très froide, haussant les épaules. Elle était arrivée devant le grand bâtiment, il y avait peu de monde, mais quelques personnes quand même en avance qui attendaient en discutant. Dans un premier temps, elle s’affalait sur l’une des grilles et observa le paysage que l’hiver faisait. C’était beau d’une certaine manière, mais Kaori ne parvenait pas à l’apprécier. Une mine singulière s’affichait sur sa peau pâle. Elle se dit dans une réflexion qui emmenait ses pensées vers d’autre et ainsi de suite, qu’il serait mieux de passer le temps au bord du lac. A l’abri des yeux indiscrets, personne ne viendrait par ce temps au lac, il n’y avait pas grande utilité à cela, mis à part s’y réfugier comme elle le ferait.

La demoiselle s’avançait donc, et se mit dans un coin, sur un banc, sous un arbre et non loin des rives du lac. Elle sortit une cigarette qu’elle entama doucement, ayant du mal à l’allumer avec ce froid et le vent qui soufflait. Elle tira dessus et relâcha la fumée, elle fumait avec ses gants, car elle avait déjà assez froid aux mains comme ça. Vraiment le vent était glacial et elle remarqua qu’elle serait protégée si elle changeait de banc, un autre non loin, semblait plus isolé.

" Allons Kaori, ne fait pas ta feigniasse, ça te ressemble pas…"

Se parler pour se donner un peu de courage de se lever et de marcher. Chose qu’elle fit. Elle vit d’ailleurs une silhouette au loin qui arrivait à pas rapide, une jeune fille, plus jeune qu’elle, blonde, etc…Mis à part quelques détails, elle ne fit réellement attention à la personne qui était au téléphone. Regardant devant elle, elle passa dans le dos de cette personne continuant son chemin. Kaori fit un demi-tour sur elle-même et attrapa dans la chute la blondinette qui semblait s’être évanouie. Haussant un sourcil, se demandait pourquoi elle avait pris la peine de la rattraper. Elle se rendait à l’évidence, elle ne pouvait pas laisser ce pauvre corps dans cet environnement, on l’aurait accusé après.

" Il a fallu que ça tombe sur moi. "

Kaori avait de la force, elle souleva alors la petite, gardant l’un de ses bras sur son dos, l’autre venait saisir ses genoux. Gardant sa cigarette au bout de ses lèvres, elle alla la déposer sur le banc qu’elle avait vu peu de temps auparavant et elle secoua doucement son épaule, sans véritable tendresse, elle faisait attention pour ne pas lui broyer. Elle tira une nouvelle latte, et vit alors que cette dernière commençait à ouvrir les yeux, à reprendre ses esprits…
avatar
Kaori Keiichi

Nombre de messages : 251
Age : 25
Date d'inscription : 14/06/2009

Carnet de liaison
Relations*}.:
Un petit mot*}.:
Vos/Votre Shugo Chara(s)*}.: [ Lazuli ]

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arrivée peu joyeuse[libre]

Message par Leïla hyunima le Mar 22 Déc - 23:01

Leïla se sentait secoué au niveau de son épaule mais elle ne réagit à quoi bon après tout pour rentrer chaque soir dans une maison qu’elle n’appréciai pas qu’elle ne connaissait pas, dans une ville qui ne lui inspirait que du mépris, pour se réveiller chaque matin et se rendre compte qu’elle avait perdu tout se à dont elle portait de l’importance, pour rentrer chaque soir et se rendre compte qu’elle seule encore une fois, pour s’engueuler avec sa mère ou son père à cause de leur décision ridicule de l’avoir envoyé ici, pour voir chaque jour des visages qui ne lui inspirait que le dégout non décidemment Leïla n’avait vraiment pas envie de se réveiller. Elle est pourtant destiné à un brillant avenir, prenant des cours diverses et variés depuis sa tendre enfance comme des cours de chant, de théâtre, de mannequinat, de patin à glace, de danse, de gymnastique rythmique et la liste est longue, oui pour toute personne qui la croisait ou la connaissait Leïla avait un avenir tout tracé qui était beau et sans aucun soucis, demandez à ses parents ils vous diront qu’elle est l’enfant qu’ils avaient toujours rêvé passant sous silence la tension récente qui c’était installé entre eux jugent que se n’est que passager, demandez à ses amis de son ancienne ville ils vous diront qu’elle est toujours habillé avec goût ses vêtements venant toujours de chez les plus grand créateur et qu’elle est raffinée, demandez à ses anciens professeurs ils vous diront qu’elle est intelligente et sérieuse, demandez à son ex il vous dira qu’elle est superbe et qu’elle était impliqué dans leur relation, demandez aux gens de haute noblesse avec qui elle a diner hier soir ils vous diront qu’elle est gracieuse et parfaitement bien éduqué, demandez à un passant qu’elle vient de croiser il vous dira qu’elle est sexy et pleine d’assurance, oui en apparence c’est comme cela que les gens la perçoit mais en allant creusé plus profondément vous verrez aussi les points négatifs passé sous silence, demandez à son chauffeur il vous dira qu’elle est exigeante et colérique, demandez à son chef il vous dira qu’elle n’est jamais contente ni heureuse, demandez à ses femmes de chambre elles vous diront qu’elle est égoïste et irrespectueuse envers les personnes qui ne font partie des hautes sphères, demandez au pauvre paumé de son ancien collège il vous dira qu’elle hypocrite et cruelle. Oui pour son cas on peut dire que les apparences sont parfois trompeuses mais cela marche dans les deux sens car au fond ses vielles connaissances et ses parents savent qu’elle était une petite fille charmante et généreuse avant son entrée au collège, mais si vous mettez un petit agneau dans une fausse au lion il y a trois options la première l’agneau se fait tout simplement dévoré, la deuxième l’agneau se transforme en lion et ce mêle aux autres, et enfin la dernière l’agneau se change en lion et surpasse les autres et pour Leïla Hyunima se sera la troisième option. Hyunima un nom connu tant au japon que dans les pays centraux et occidentaux, sa mère dirige une grande marque de cosmétique tant dis que son père dirige une grande filière de centre commerciaux et il posséde également plusieurs action qui rapportent gros, un nom qui fait rêver mais pour Leïla l’arme est à double tranchant certes il y avait des avantages comme le luxe mais les désavantages étaient aussi nombreux que les avantages comme la pression, l’absence des parents, le regard des autres à chacun de vos gestes et bien sur le mépris que la plupart des personnes vous porte. Leïla se bernait d’illusion depuis longtemps mais ne renoncerait à sa vie pour une autre pour rien au monde, et c’est donc résolu à faire face une nouvelle fois à encaisser les chocs qu’elle ouvrit lentement les paupières après une ultime secousse.

Ou suis-je ? Et qui es tu toi !?

Leïla se dégagea vivement et se mit debout de mauvaise humeur elle n’avait nullement envie d’être importuné par une fille qui ne sort dont ne sais ou. Sortant son nouveau portable elle chercha un numéro en mémoire puis une fois celui-ci trouvé attendit d’entendre enfin la voix de son chauffeur avant de lui dire sèchement :

George venez me chercher immédiatement…au lac près de l'académie seiyô !
-Bien mademoiselle mais il y a des embouteillages et je n’arriverai pas avant une bonne demi-heure.
-Une bonne demi-heure mais vous vous fichez de moi, venez me chercher le plus vite possible on en reparlera une rentré et plus vite que ça !


Elle ferma brutalement son portable en poussant un grognement, se ne fut qu’à ce moment là qu’elle prit conscience de la présence de quelqu’un, c’était une fille à la peau très pâle et aux cheveux bleus.
*Des cheveux bleus qu’elle couleur immonde et sa peau on dirait qu’elle vient de passer des jours sans voir la lumière du jour, elle fume elle veut mourir jeune ou quoi ! Et ses habits l’uniforme est froissé et ses chaussures sont dans un état !*
Poussant un soupir elle remit ses cheveux en place vérifia son maquillage à l’aide d’un miroir puis épousseta sa tenue pour enlever la neige. Une fois ceci fait elle s’assit sur le banc les jambes croisés et le dos bien droit.
*Il va voir George à me faire attendre dans le froid et en plus en compagnie de personnes euh assez bizarre, sa va chauffer en rentrant*
Elle garda le regard figé sur la route guettant la BMW noire de sa famille.
avatar
Leïla hyunima

Nombre de messages : 88
Age : 21
Localisation : Yerres
Date d'inscription : 21/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arrivée peu joyeuse[libre]

Message par Kaori Keiichi le Mer 23 Déc - 2:23

[ Je m'excuse, je n'ai pas énormément d'inspiration ses derniers temps, mes postes laissent à désirer =X ]

Elle, la blonde, reprit connaissance et Kaori coupa tout contact avec elle. Sa main se posant vulgairement dans l’une de ses poches, elle fumait encore, sa cigarette plus qu’entamée, arrivée à plus de la moitié. Un pas en arrière, maintenant que la gamine était en vie, debout et éveillée et tout ce qui va avec, ce n’était plus son problème. Les ennuis étaient écartés, aussi ne prenait elle-même pas la peine de se présenter. Ne répondant guère à ses questions, elle regardait le lac, dos à elle. Maintenant elle ferait ce que bon lui semblerait. Visiblement, à l’entendre, elle choisit d’appeler quelqu’un. Pas ses affaires, mais il faut dire qu’elle hurlait presque dans son pauvre téléphone portable. George ? George ? Quel était ce drôle de prénom...Kaori essaya de trouver une sonorité possible à ses syllabes dans son esprit, mais en vain. De plus la gamine n’avait-elle pas utilisé le Tu et Toi, pour s’adresser à elle ? Plutôt étrange, ne connaissait-elle pas la politesse ? Même la descendante Keiichi, des bas fonds avaient appris l’élocution correcte. Elle haussait vaguement les épaules dans un geste si anodin qu’il n’était pas visible.

Pour tout dire et dans ses pensées, elle ne faisait pas attention à la jeune femme. Jusqu’au moment où, elle sentit les yeux de cette dernière se poser sur elle et la scruter sans gène. C’est vrai qu’elle était étrange comme fille et une habitude pour une autre, elle n’allait pas râler pour si peu. Bien que…Non, c’était le moment, vraiment pas. Elle se détacha de la personne, marquant plusieurs pas. De nouveau dans ses songes, quelques minutes passaient. Le regard sévère sur les rives du lac, puis sur le paysage en temps que tel, il n’était pas bien tard, et le temps semblait être décidé à se stopper, à passer avec une lenteur incroyable. Kaori ferma les yeux et laissa le vent parcourir ses cheveux à la couleur bleutée. Quand elle se retourna, celle qu’elle avait retenue dans le froid, se tenait toujours sur son banc, oui oui le sien, à la base il était pour elle, et là, elle se retrouvait debout à attendre. Petite blonde aux yeux bleus, parlant à un George avec un portable dernier cri, de beaux vêtements. Pas de doute…Elle ne semblait pas vraiment d’ici, n’utilisant pas le vous non plus. Une nouvelle probablement.

Mais cela était-il vraiment important ? Non. Bien qu’elle semble absorbée par la route, la demoiselle Keiichi, finissait tranquillement sa cigarette. C’était mal de fumer, elle le savait, mais têtue qu’elle était, elle s’obstinait. Et puis il était à rappeler qu’elle fumait peu, rarement, de temps à autre. La fumée se mélangeait à celle produite par sa respiration, et face à l’autre fille, elle dit comme si de rien était :

" Vous êtes toujours là. "

Un vague sourire sur ses fines lèvres, qui ne se voulait pas vraiment amical, ces mots étaient venus ainsi, sans but en particulier, elle parlait simplement et dans le fond, elle espérait que la petite ne relèverait pas ses paroles et l’ignorerait. Car ce n’était pas son genre de taper de longues conversations avec des inconnues. C’est vrai, si elle avait été sociale, ça se saurait. Ses vils démons la tenaient encore et toujours. Si elle était ainsi, ce n’était pas pour rien, personne en devait savoir, mais si elle venait à prononcer le nom de Keiichi, chacun aurait pour doute de savoir si aussi belle fut-elle, elle était la chaire de la chaire de ce monstre, si son sang était bien le même, que cet homme au visage sanglant, dur, qui contrôlait les choses les plus horribles, atroces, abominables dans l’obscurité de la ville. Qui aurait pu enfanter le descendant de celui-ci ? Il ne fallait pas se voiler, cette image, elle l’aurait à jamais. Collée à la peau, lui tenant au corps, rien n’y ferait. Elle passait alors l’une de ses mains, la libre en l’occurrence dans sa chevelure, sa mèche précisément, car ses cheveux étaient tenus en queue de cheval, c’était bien plus pratique ainsi. Que le vent avait balayé froidement, ses longues mèches restaient en place vu leur coiffure. Sa frange ne lui tombait plus en plus milieu des yeux, d’un geste machinal des doigts, elle allait de nouveau sur le coté et délivrait ses yeux vifs.

Enfin, elle soupirait comme souvent et elle tournait les talons à sa précédente interlocutrice. Ne portant plus d'attention sur elle, dos, Kaori commençait à marcher le long des rives, comme si rien ne s'était jamais produit...


Dernière édition par Kaori Keiichi le Mer 23 Déc - 21:11, édité 1 fois
avatar
Kaori Keiichi

Nombre de messages : 251
Age : 25
Date d'inscription : 14/06/2009

Carnet de liaison
Relations*}.:
Un petit mot*}.:
Vos/Votre Shugo Chara(s)*}.: [ Lazuli ]

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arrivée peu joyeuse[libre]

Message par Leïla hyunima le Mer 23 Déc - 17:57

Leïla était concentré sur la route espérant à tout moment de voir apparaitre son chauffeur mais le temps filait à toute vitesse et pas une BMW en vu, avec un soupir Leïla tapota de la main le banc sur lequel elle était assise, fronçant les sourcils étonné de ne pas trouver son sac elle se leva et jeta un regard circulaire autour d’elle, elle repéra enfin l’objet de sa convoitise à quelque mètre d’elle à moitié recouvert par la neige, elle marcha vers celui-ci et le prit en faisant bien attention à ne pas faire couler de neige à l’intérieur histoire de ne pas détruire ses affaires au combien précieuse, tournant les talons faisant voler la neige blanche autour de sa silhouette elle retourna s’assoir sur le banc, une fois installé elle farfouilla à l’intérieur de son sac noir de Jai portant fièrement l’insigne chanel elle en sortit le bouquet de rose rose pâle que lui avait offert ses amis quelques heures plutôt, elle profita de la douce odeur qu’elles dégageaient et vit une carte qu’elle n’avait pas remarqué auparavant, avec précaution elle l’extirpa de parmi les roses et l’ouvrit c’était une belle carte dorée et blanche avec beaucoup de classe et de style elle lut le contenu avec attention :
Leïla !
A notre chère amie Leïla la petite princesse de la bande, tu resteras à jamais dans nos cœurs, nous rappellerons à jamaisde se que tu as fait pour nous, nous espérons que tu garderas en mémoire toutes les fêteset les sorties shoppings que nous avons put faire tous ensemble.
Viens nous voir bientôt ont t’aiment !!
Tes fidèles serviteurs dévoués !
Un sourire apparut sur les lèvres de la jeune fille, même dans les moments les plus tristes de sa vie ils arrivaient à la faire sourire, Hito c’est toi qui à écrit cette carte pensa la Hyunima, elle poussa un profond soupir, soudain son portable se mit à vibrer, elle le prit, la petite image clignotante lui indiqua qu’elle avait un nouveau message, elle pressa légèrement la petite icône et le message s’afficha, elle le lut en murmurant :
Il y a une énorme maison de disque dans le coin c’est parfait pour toi c’est l’Easter company il me semble prend contact. Papa.
Enfin une bonne nouvelle pensa Leïla finalement elle aurait au moins une des ses passions à exercer dans ce vieux trou pommé, que ses parents lui avait imposé de force. Elle allait rappeler son père pour avoir plus d’information sur cette fameuse l’Easter company quand une voix lui fit sortir la tête de son portable, cela lui valu une rafale de vent froide :


Vous êtes toujours là ?

Leïla fixa son interlocuteur ou plutôt interlocutrice car il s’agissait de l’étrange fille à la peau blanchâtre, aux cheveux bleu et à la cigarette à moitié consommé, avec un froncement de sourcil elle répondit sèchement :

Oui j’attends mon chauffeur ! Tu ne connaitrais pas une maison de disque du nom de l’easter company pas hasard? Tu sais ou elle se trouve ?

Leïla attendis impatiemment sa réponse elle semblais regretté d’avoir ouvert la bouche car elle fit une moue renfrognée, Leïla leva les yeux au ciel
*si elle ne voulait pas parler elle n’avait pas qu’à lancer la conversation et maintenant tant pis pour elle !*
La jeune fille à la peau pâle lui répondit après quelques secondes et vu le ton de sa voix elle ne semblait pas d’une humeur très jovial :


[Non ne t'inquiète pas tes rp sont bien les miens en revenche laissent à désirers]
avatar
Leïla hyunima

Nombre de messages : 88
Age : 21
Localisation : Yerres
Date d'inscription : 21/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arrivée peu joyeuse[libre]

Message par Kaori Keiichi le Mer 23 Déc - 21:34

[ oO Je trouve que tes rps corrects, plus encore. Vu ton personnage, ce n'est pas toujours facile à jouer. Ils n'ont rien à laisser désirer, ils sont biens, ne t'inquiète pas. ]

Ses yeux se posaient sur le paysage tandis qu’elle marchait lentement sans grande conviction, une mélodie si on pouvait dire en tête, elle se réveillait souvent le matin avec la radio, même si elle dormait peu, se levait aux aurores et parfois bien avant que la machine puise chanter, elle ne lui donnait que rarement le malin plaisir de la sortir de ses rêves, ou des cauchemars selon les soirs, les nuits. Tout ça pour dire, que là elle avait ses paroles en tête et elle s’en détachait difficilement, elle qui n’était pas musique, en écoutait si peu, c’était un comble. Kaori secoua doucement la tête pour s’enlever la mélodie, la symphonie classique qui se jouait dans son esprit. Car oui, en prétextant radio, ne vous attendez pas à une radio populaire, non, elle se basait sur du classique, pour adoucir ses mœurs. Elle avait toujours écouté du classique, depuis enfant, le peu de fois où elle pouvait, où elle voulait, pas souvent donc, mais ça arrivait, cela devait la calmer. Enfin, les notes cessaient petit à petit, vu que ses pensées, se tournaient vers une interprétation de ce qu’elle voyait, de ce qu’elle pouvait observer, elle s’arrêta un instant, soucieuse et curieuse, si on pouvait dire. Immobile alors, elle fermait les yeux.

Ces arbres, ce lac, cette brume, la neige au sol. L’image se reconstituait et en elle, naissait ce sentiment de déjà vu. La nature lui rappelait plutôt, ses grands tableaux, oui voilà. Ouvrant lentement les yeux par fatalité du fait. Ce qui se trouvait devant elle, soulevait un voile qui cachait, une partie de sa vie qu’elle cachait, un souvenir qu’elle se fourvoyait. La peinture, était un art, au quel elle n’avait pas eu l’occasion de s’adonner, mais. Elle avait pu voir et toucher de nombreuses toiles, mais des fausses. Tout se bousculait un peu, ces pièces remplient, de tableaux, des faux, des copies de grands maitres. Son père était aussi, un trafiquant et de toutes sortes de marchandises, possible et imaginable. Entre autre cela, et ce paysage lui disait bien quelque chose, les dessins se ressemblaient tous pour l’adolescente, qui ne savait guère apprécier l’art et qui n’avait pas de grandes ressources à l’agréable. Celui-ci aussi ressemblait à ses effigies de la nature morte de la saison. Représentant finalement, une propre partie d’elle-même, cette froideur de l’hiver. Sa saison préférée, il n’est pas à se demander pourquoi.

La voix de la blonde la tira de ses songes, violement, si bien, qu’elle posa doucement sa main sur son front, l’interpeller si brusquement, elle était partit loin, ailleurs. Et un mal de crâne familier commençait à faire surface. Grimaçant légèrement, elle écoutait ce que la jeune femme avait à dire. C’est vrai qu’elle aurait du se taire, au lieu de songer à voix haute de se faire une réflexion au discours directe et en utilisant une formule de politesse, elle aurait, du, se contenter d’un vulgaire : Elle est toujours là. Kaori remarquait l’état de son interlocutrice qui la laissait perplexe. Consommant la fin de sa cigarette, elle la reprit, instinctivement, sur un ton neutre :

" Vous…"

Voyant que cette dernière, prenait un air étranger, elle continuait, reprenant ses mots mais les changeant quelque peu :

" Vous, ne connaitriez pas …Vous savez…"


Depuis quand on tutoyait comme ça. Haussant légèrement un sourcil, elle marquait sa surprise à ce qu’elle n’utilise pas un Vous, comme le monde le faisait ici. Si elle était étrangère, elle apprendrait, si non, ça s’avérait toujours utile pour elle. Ensuite, pour s’intéresser à sa question et se motiver à y répondre, elle cherchait vaguement, sans plus sans moins, pourquoi aurait-elle gagné quelque chose à l’aider. La demoiselle soupira et l’observa un moment voyant qu’elle s’impatientait, elle n’attendit pas plus longtemps. Son but n’était pas encore, celui, de l’énerver et de la pousser à bout, dans le fond, cette petite ne lui avait rien fait de bien méchant. Elle ajoutait de sa voix naturellement ressemblante au frimas de décembre :

" L’Easter Compagny. En effet. "

Oui, elle connaissait le bâtiment si on pouvait dire, même si concrètement parlant, elle n’y avait pas encore mis les pieds. Cela ne l’intéressait que moyennement.

" Maison de disque, hm, plus encore. Normalement, vous n’allez pas avoir de mal à y aller. C’est en plein centre-ville, près d’un vieux bâtiment, délavé. "

Oui, après, pour faire plus dans le détail, elle lui montrait une direction de la main, pour lui dire que si elle suivait la rue, elle irait directement au cœur de la ville.
avatar
Kaori Keiichi

Nombre de messages : 251
Age : 25
Date d'inscription : 14/06/2009

Carnet de liaison
Relations*}.:
Un petit mot*}.:
Vos/Votre Shugo Chara(s)*}.: [ Lazuli ]

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arrivée peu joyeuse[libre]

Message par Leïla hyunima le Mer 23 Déc - 22:45

La jeune fille sembla sortir subitement d’un rêve quand elle entendit la voix de Leïla, celle-ci commençait sérieusement à s’impatienter, replaçant quelques mèches rebelles qui s’échappaient de sa longue chevelure blonde, ses cheveux une arme redoutable si on croyait les magazines de mode et ses stylistes dans la vie l’apparence fait tout et cela elle l’avait bien compris, c’est donc avec le plus grand soin et la plus grande concentration qu’elle choisissait ses tenues chaque matin ce qui d’ailleurs lui prenait entre trente minutes et une heure chaque environ chaque matin, côtoyer les plus grand styliste de l’univers de la mode à long terme les réflexes, les idées, les expressions, et bien sur l’attitude deviennent des habitudes aussi élémentaire que de boire ou manger, et bien que en ce moment même les vêtements de Leïla Hyunima soit comment dire mouillé par endroit du à sa chute, elle gardait tout de même sa classe et sa grâce habituel, à croire que dans son fort antérieur elle savait que sa tenue ne rentrerait pas dans l’état initiale dans lequel elle l’avait enfilée le matin même, elle réarrangea une nouvelle fois sa tenue avant de reporter son regard sur la jeune fille aux cheveux bleus, qui lui dit :

Vous…vous ne connaitriez pas ? Vous savez…

Leïla la regarda, avec un regard interrogateur :
*Vous? Eh bien quoi vous? Elle n’espère quand même pas que je la vous vois, en quel honneur dois-je employer vous pour parler à une simple fille dont l’état est si négligé et qui est d’autre part si étrange*
Non pour Leïla employer le pronom « vous » pour parler à quelqu’un est un honneur, seul les êtres qui ont de l’importance ou qui l’ont mérités mérite cette marque de respect, car dans le monde dans lequel elle a grandi c’est comme cela que ça fonctionne, les personnes issus de famille riche ou célèbre ou encore des personnes ayant sauvé la vie à une personne des hautes sphères et encore ont l’immenses honneur de pouvoir parler à une personne de haut rang qui emploierait le pronom vous en lui adressant la parole. Et la jeune héritière des Hyunima ne faisait pas exception à cette règle au combien précieuse à ses yeux cela n’est pas pour rien qu’elle est appelé princesse par ses amis et par sa famille. Leïla prit un air arrogant et supérieur et allait répliquer quand son interlocutrice poursuivit :


L’easter company. En effet. Maison de disque, hm, plus encore. Normalement, vous n’allez pas avoir de mal à y aller. C’est en plein centre-ville, près d’un vieux bâtiment, délavé.

Et elle argumenta ses paroles d’un geste, de la main indiquant ainsi la direction à prendre .Leïla eu un sourire
*Bon même si cette fille est bizarre au moins elle m’a été utile et elle a eu le réflexe de me parler en employant « vous » au moins je n’aurais pas le besoin de lui rappeler sa place*
Elle attrapa son sac et en sorti une carte détailler de la ville, elle chercha le fameux bâtiment si vraiment l’easter company était une grande maison de disque alors son emplacement devrait être bien visible sur cette carte se dit-elle, au bout de quelques secondes de recherche elle troua en effet marqué e rouge sur la carte « l’easter company », avec un sourire de satisfaction elle sortie un marqueur rouge te entoura le bâtiment sur sa carte puis elle la rangea et en regardant la jeune fille qui sa trouvai à quelques mètres d’elle, elle lui dit d’un ton détaché et supérieur:


Bien au centre-ville donc, je pourrais y passer dans une heure et demi environ si je me dépêche, et si George veut bien se donner la peine d’arriver !

D’un geste rageur elle fit quelques pas en direction de la route prête à passer le savon de sa vie à son chauffeur. Elle allait se diriger une fois de plus vert le banc qu’elle avait quitté quelques minutes plus tôt, quand une voix clair et visiblement d’une humeur massacrante trancha l’air, à l’entente de ce son Leïla sursauta et manqua de s’assoir à côté des lattes de bois qui formaient le banc.
avatar
Leïla hyunima

Nombre de messages : 88
Age : 21
Localisation : Yerres
Date d'inscription : 21/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arrivée peu joyeuse[libre]

Message par Kaori Keiichi le Jeu 24 Déc - 0:16

Intervention de la blondinette, de ce ton supérieur, et de son attitude toute aussi impertinente. Avec une certaine arrogance mais pas brute, pas comme l’insolence du regard de Kaori. Un irrespect plutôt. Une ignorance. En voyant cette petite à l’allure royale, petite princesse dans son monde, la grande qu’elle fut, une certaine sagesse par son vécu, elle remarquait qu’elle ne connaissait pas grand-chose à la véritable vie. Oui, cette enfant avait probablement été élevée dans le luxe, les paillettes, elle ne manquait sûrement de rien. Non vraiment, elle vivait dans un monde d’illusion. La chute allait être dure. Si elle chuterait un jour, ce n’était pas sur et dans le fond, elle ne lui souhaitait pas. Mais qu’elle se sente chanceuse d’être dans les bras de la candeur. En tant que Keiichi, elle n’avait pas eu le droit à tout cela, l’opulence, même la plus minime qu’elle soit. On l’avait privé de tout, et le plaisir de l’existence, elle n’avait pas pu en perdre le goût, car elle n’y avait jamais gouté. Fille de la rue, des bas fonds, dans la pénombre totale. Personne, n’avait jamais aidé, ça n’aurait rien coûté de la délivrer des vices et des vertus du monde, quand lequel elle avait grandit. Pourquoi personne n’aurait remarqué sa détresse, son corps frêle marqué des coups les plus durs qu’ils étaient. Au lieu de ça, une tierce personne, n’aurait-elle pu prétexter l’avoir trouvé, un petit mensonge n’aurait guère fait de mal, au contraire. Les gens furent si passifs, qu’elle s’était perdue.

Enfin, cette fille peu importe ce qu’elle était, n’était en aucun cas magistrale à la jeune femme. Aucunement comparable. Opposées même, l’une comme l’autre n’aurait pu se comprendre aux premiers abords. Un sourire bref, se marqua sur son visage. Elle était aussi amusée par le fait que la blonde avait une carte, pourquoi lui demander le chemin, inutile vraiment. Elle rit légèrement, sans que cela se remarque vraisemblablement. Sa cigarette totalement finie maintenant, elle s’en débarrassa dans un cidrier qui se confondait dans le lieu, harmonieusement. Rentrant ses deux mains dans ses poches, sans but précis, il fallait l’avouer, elle continuer ses pas légers et courts sur le bord du lac. L’adolescente n’allait pas s’éterniser là, surtout que voyant les grilles ouvertes et le peu de monde au coté de l’académie, la voie était libre et elle pourrait aller déambuler dans les couloirs, sans rien faire, à attendre l’un de ses cours, un peu plus au chaud qu’ici. C’est sur, que dehors, les températures hivernales n’étaient pas toujours faciles à supporter. Surtout en cette période fâcheuse, où le froid venait brusquement. En parlant de ça…De prompt.

Kaori reconnue les premières et douces notes de la marche funèbre de Chopin, qu’elle avait en guise de sonnerie, vibrant maintenant dans sa poche. Elle le saisit rapidement et accepta l’appel.

* Parlant donc à la personne qui lui téléphone : " Je vous demande pardon ? "

Lâcha t-elle à contrecœur, la voix menaçante, ses yeux livrant une agressivité singulière. Elle s’éloigna de sa précédente interlocutrice. Posant une main sur sa hanche, l’autre tenant le téléphone si fort qu’il était à deux doigts d’exploser. Fin de conversation. Personne n’en saurait rien, de ses mots échangés. Elle soupira fortement, et prise d’une rage si on pouvait dire, il fallait absolument qu’elle se calme. Mauvaise nouvelle oui. Kaori alla s’asseoir sur un banc, non loin du banc occupé par la jeune fille qu’elle avait entre guillemet aidé.

* C’est vraiment pas mon jour… *

Se répétait-elle dans ses pensées. Passant une main sur sa nuque, geste prouvant son appréhension. A se moment précis, elle coupait tout contact avec ce monde, et elle cherchait une réponse à se problème posé, une question qu’on lui avait imposé, comme de nombreuses fois. Le pire était, qu’elle ne savait pas comment prendre la chose. Il ne fallait pas plaisanté avec ça. Si tôt, elle prit son portable et envoya un message…
avatar
Kaori Keiichi

Nombre de messages : 251
Age : 25
Date d'inscription : 14/06/2009

Carnet de liaison
Relations*}.:
Un petit mot*}.:
Vos/Votre Shugo Chara(s)*}.: [ Lazuli ]

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arrivée peu joyeuse[libre]

Message par Leïla hyunima le Ven 25 Déc - 3:11

Une bourrasque de vent glaciale dérangea Leïla elle leva la tête en poussant un grognement signe de son mécontentement, elle laissa son regard faire le tour de son environnement, la jeune fille à la peur pâle comme la mort était encore là, une sonnerie qui pour être honnête n’était pas vraiment du goût de la jeune héritière mit fin au calme olympien qui c’était installé, la détentrice de cet objet de torture pour les oreilles de la jeune blonde, mit un terme à son supplice en décrochant, elle lança un

Je vous demande pardon ?

Leïla remarque une pointe d’agacement dans sa voix, apparemment elle aussi ne passait pas la plus belle journée de sa vie, pourtant en cette journée de 24 décembre le temps était pourtant à la fête, les familles se réunissaient pour célébrer l’évènement, on préparait de bon petits plats, on décorait le sapin, on dressait une belle table, on disposait les cadeaux au pied de cet arbre de noël sacré et on se faisait beau pour être à son avantage. Pour la plupart des personnes la journée du 24 décembre était un moment joyeux un moment ou l’on retrouvait tous les membres de sa famille pour une soirée de joie et de rire, le bruit familier du moteur de sa fameuse voiture lui parvint aux oreilles, en relevant la tête elle aperçût en effet sa BMW noire de jais gracieusement offerte par ses parents pour faciliter ses déplacements, avec une rapidité déconcertante elle s’élança vers sa voiture prenant un air contrarié, juste avant qu’elle arrive à hauteur de la porte passager arrière son chauffeur apparut et lui ouvrit la porte en disant :

Mademoiselle je vous pris de m’excuser mais la route était en mauvais état et il y avait des embouteillages.

Avec grâce elle s’engouffra à l’intérieur du véhicule en répliquant :

Je ne veux pas le savoir ! Vous aviez dit une bonne demi-heure hors cela fait une bonne heure que je vous attends dans le froid, alors maintenant conduisez moi chez moi par votre faute je ne pourrais aller à l’easter company que demain !

Et sur ces mots George referma la portière, et prit place à l’avant, au moment ou le moteur émit le bruit familier du démarrage Leïla regarda par la vitre teinté une autre des règles fondamentale de son univers, la fille aux cheveux bleus avait tourné son regard dans la direction de la BMW, Leïla n’eu pas le temps de déchiffrer l’expression qui apparut sur son visage car la voiture démarra dans un tourbillon de neige. La hyunima observa le paysage qui défilait devant ses perles bleus, la neige recouvrait la moindre surface si bien que la couleur dominante était le blanc avec ici et là une petite touche de gris ou de noir mais rarement de couleur vive, une vingtaine de minutes s’écoulèrent avant que son chauffeur ne stop la voiture devant l’imposante grille de sa villa, Leïla ressentit alors un sentiment qu’elle n’avait pas eu depuis bien longtemps ce sentiment pourtant si commun n’était pas familier à la jeune blonde ce sentiment était l’espoir, l’espoir que pour une fois elle passerait noël avec son père et sa mère enfin les mots père et mère étaient un peu trop fort dans ce cas là les mots justes seraient plutôt géniteur et génitrice car mise à part lui avoir donné la vie ils n’avaient pas vraiment été présent pour leur fille, quand George ouvrit la porte elle s’extirpa du véhicule et marcha rapidement vers l’imposante porte d’entrée, en entrant elle tomba sur un immense hall, ne s’attardent pas sur les lieux elle ordonna à une de ses femmes de chambre de lui montrer sa chambre, une fois à l’intérieur elle posa son sac sur son lit et entra dans sa salle de bain personnel aucun doute cette maison était bien plus grande que sa précédente mais sans plus s’attarder sur cette question elle entra dans son bain pré préparé, avec un soupir de contentement elle laissa le lait de coco la détendre et elle mit bien une heure à sortir de ce pur paradis après un shampoing, après-shampoing, un masque pour ses cheveux, une fois en serviette elle ressortie de sa salle de bain et traversa son immense chambre pour pénétrer dans une autre salle qui n’était autre que son dressing après une longue inspection de sa garde robe elle opta pour une robe Christian dior dos nu et légèrement décolleté qui lui arrivait légèrement au dessus du genou de couleur nacré elle mettait en valeur ses yeux, elle décida en suite porter des escarpin Jimmy choo nacré, et pour parfaire sa tenue elle choisie des boucles d’oreilles pendantes, un collier de longueur moyenne ainsi qu’une chainette le tout incrusté de diamant, pour la coiffure elle demanda de large boucle et quelques paillettes, le maquillage prit un peu plus de temps après une couche de poudre, elle mit un blush couleur mate, pour les lèvres un rouge à lèvre rosé et pour les yeux une touche de crayon, de mascara et de far à paupière dégradé crème et marron clair. Sa préparation lui prit plusieurs heures, lorsqu’elle eu fini elle descendit dans la salle à manger ou une grande table était dressé avec trois couverts, elle prit place et attendit, une demi- heure, une heure, une heure et demi, deux heure, elle allait les appeler lorsque un majordonne vint lui annoncer :

Mademoiselle vos parents viennent d’appeler ils ne pourront malheureusement pas se libéré mais vous souhaite un joyeux noël.

Le visage de Leïla se referma d’un coup tous ses espoirs toutes leurs promesses encore une fois c’était du vent cela n’est pas différent de d’habitude mais pourquoi ai-je cru que cette fois ce serait différent je suis vraiment stupide pensa la jeune fille. Elle se dirigea vers l’imposant sapin qui trônait au milieu de la pièce la décoration avait du prendre plusieurs heures vu la taille de l’arbre, au pied était disposé une ribambelle de cadeaux tous portant le nom de Leïla, un à un elle les ouvrit robes, bijoux, chaussures, portable…etc elle les fit porter dans sa chambre et rangé, mais au moment ou elle allait se lever, elle remarque une carte qui était surement tombé de la pile de cadeau, la prenant elle la lu à haute voix :

Notre chère fille chérie comme il nous est impossible d’être la pour noël nous t’offrons ces cadeaux pour nous faire pardonner passe de joyeuse fête quand même papa et maman.
Non mais ils se foutent de moi ! Ils trouvent le temps pour leur travail mais pas pour leur propre fille ou pour écrire une carte ils me prennent pour une idiote comme si je n’avais pas reconnu l’écriture de la secrétaire de papa !


Et avec rage elle jeta la carte dans la cheminée, regardant les crépitements du feu détruire cette maudite carte. Avec une colère sans limite elle s’empara de son manteau et sorti de la maison en courant, ignorant le froid qui la faisait trembler, ignorant le vent qui lui lacérait les jambes elle couru, elle ne regardait pas ou mais elle courait, elle courait pour oublier, après une trentaine de minute elle fit enfin attention à l’endroit dans lequel elle se trouvait, beaucoup plus loin que elle l’aurait supposé, à voir l’état des lieux elle était dans les bas quartiers de la ville :

Mince ou est ce que j’ai atterrie ?

Une voix la fit sursauter.
avatar
Leïla hyunima

Nombre de messages : 88
Age : 21
Localisation : Yerres
Date d'inscription : 21/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arrivée peu joyeuse[libre]

Message par Kaori Keiichi le Ven 25 Déc - 19:03

La suite :
Là =D
avatar
Kaori Keiichi

Nombre de messages : 251
Age : 25
Date d'inscription : 14/06/2009

Carnet de liaison
Relations*}.:
Un petit mot*}.:
Vos/Votre Shugo Chara(s)*}.: [ Lazuli ]

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une arrivée peu joyeuse[libre]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum